Les nouvelles PME/PMI en 2018

Par

Dissonance. La commission des finances et du budget de l'APN examine, actuellement, le projet de loi de finances 2018. Les ministres passent à tour de rôle devant ladite commission pour des compléments d'information. Mardi dernier, c'était au tour de la ministre de l'Environnement, Fatma Zohra Zerouati, de venir expliquer aux parlementaires que seuls 5% des déchets ménagers sont recyclés. En chiffres, ce sont 13 millions de tonnes de déchets qui sont, chaque année, jetées par les ménages algériens. Ces 13 millions de tonnes représentent une valeur d'un milliard de dollars. 95% de cette valeur sont perdus chaque année. Ceci sans compter les déchets spéciaux (huiles usées, pneus, batteries, les déchets des équipements électroniques et électriques, etc.). Après avoir rappelé que «l'économie du recyclage est une priorité nationale», la ministre recommande que «nous devons procéder à l'avenir à recycler tout ce qu'on consomme pour faire du recyclage un secteur économique producteur de richesse». Si Mme Zerouati pense à la multiplication des PME-PMI dans ce créneau, il semble que les jeux sont déjà faits. Le ministre du Travail, Mourad Zemali, qui était passé, la veille, devant la même commission, a annoncé que pour 2018, l'Ansej et la Cnac, financeront 29.605 projets de création de microentreprises. Pas un de moins. Pas un de plus. Une telle précision pour un futur pas si proche, laisse perplexe. Comment ce nombre a-t-il été arrêté? Selon l'enveloppe financière allouée? Impossible car et si le montant maximum de l'investissement est connu, les besoins diffèrent d'une PME à l'autre. De plus et selon ses propres statistiques l'Ansej a financé en 2011, 42.832 projets. En 2012, 65.812 projets. En 2016, 11.262 projets. Aucune année ne ressemble à l'autre. Alors, comment a-t-il été possible d'arrêter le nombre de projets à financer en 2018? Une chose est sûre, Mme Zerouati ne pourra pas espérer être entendue pour le recyclage en 2018 des 95% des déchets ménagers inexploités. La liste des projets est déjà arrêtée. Pour toute l'année prochaine. Il faudra veiller également à ce que la cadence d'intégration par l'industrie automobile ne s'emballe pas. Bref, au ministère du Travail, le développement économique au cours de l'année prochaine est maîtrisable et maîtrisé. 29 605 projets qui seront financés. Que représente en valeur la totalité de ce financement? Mystère. Aucune trace d'argent ou de dépenses. Ni dans le discours devant les parlementaires, ni sur le site de l'agence. Ce qui complique davantage la compréhension de la méthodologie adoptée et dans la différence des projets réservés à l'Ansej et à ceux de la Cnac. Dans les 29 605 projets, il y a 17.605 pour l'Ansej et 12 000 pour la Cnac. C'est millimétré et surtout bien emballé. Hermétiquement!