Les clés d'un nouveau destin pour 50.000 familles

Par

La nuit du miracle. La nuit du destin (Laylat El Qadr) au cours de laquelle la vie de 50.000 familles a complètement changé, c'était hier. Du jamais-vu. Un record mondial à inscrire au Guinness. 50.000 logements, toutes formules confondues, ont été distribués à leurs bénéficiaires hier à travers l'ensemble du territoire national. Cette opération de grande envergure suivie en direct à la télé nationale avait des airs d'un téléthon inversé. Pour une fois il n'est pas demandé aux citoyens de donner mais de recevoir. C'est Abdelwahid Temmar, le ministre de l'Habitat qui en avait fait l'annonce, samedi soir au JT de 20 h, mais la décision (vu son ampleur) a été prise par le président de la République qui veille à l'application intégrale de son programme. Ce que l'on retiendra de son programme depuis son arrivée à la tête de l'Etat en 1999, c'est la réalisation et la distribution de plus de 3 millions de logements. Et ce n'est pas fini. Son objectif c'est de combler l'énorme déficit cumulé depuis l'indépendance en matière de logements, c'est éradiquer les bidonvilles autour des villes du pays, c'est aider les demandeurs de la formule de l'auto construction en milieu rural, du nord jusqu'à l'extrême sud du pays, financièrement et par la cession de surfaces à bâtir viabilisées. Hier soir, le président Bouteflika a «frappé» fort. Jusque-là, c'était déjà un grand défi que d'avoir pour objectif de loger décemment toutes les familles algériennes. Un défi qui, d'ailleurs est en passe d'être gagné. Mais c'est un autre plus gros défi que de distribuer 50 000 logements en une seule journée, pardon, en une seule nuit, alors même que les différentes réalisations de logements normalement prévues se poursuivent. Après ces 50 000 logements distribués hier, «plus de 700.000 autres logements sont en cours de réalisation» a précisé Temmar. Jamais, dans toute l'histoire de l'humanité, jamais, au grand jamais, des logements en si grand nombre n'ont été réalisés par un Etat au profit de tous ses citoyens qui vivaient dans des abris précaires. Les plus grands ennemis de notre pays ne peuvent que se taire devant la réalité du terrain du secteur de l'habitat. D'ailleurs, c'est avec une fierté, à peine contenue, que nos ministres exposent lors des foras internationaux, l'extraordinaire développement de l'habitat en Algérie depuis 1999. La dernière occasion fut en février dernier lors de la 9ème session du Forum urbain mondial (ONU-Habitat) qui s'est tenue à Kuala Lumpur (Malaisie). A cette occasion, Temmar a fourni aux participants l'évaluation des progrès réalisés depuis la 3ème Conférence de l'ONU sur le logement à Quito (Equateur) qui s'est tenue en octobre 2016 et qui a lieu tous les 20 ans. Comme Temmar à Kuala Lumpur, Abdelmadjid Tebboune, son prédécesseur, n'a pas boudé son plaisir à Quito, en présentant au monde entier les performances de son pays en matière de logements. Revenons à la soirée d'hier, 50.000 familles algériennes se souviendront jusqu'à la fin de leur vie de Laylat El Qadr 1439 (2018). Impossible d'oublier cette nuit-là lorsqu'on ouvre pour la première fois de sa vie la porte d'un vrai logement à soi, pour soi, qui permet de vivre dignement. Surtout pour les plus démunis. Mais attention, à chaque nouveau challenge que remporte notre pays, ses ennemis redoublent de rage. Les Algériens ne devraient jamais baisser la garde. Il nous suffit de serrer les rangs. De rester unis. Toute la force de notre pays est là. Mabrouk à toutes et à tous les bénéficiaires des logements d'hier, d'avant-hier et de demain. Le programme se poursuit car la pression démographique impose de maintenir le rythme!