Pour ou contre Trump

Par

Pour ou contre Trump. Les élections américaines de mi-mandat qui se jouent aujourd'hui, après une campagne électorale haletante marquée par un duel inattendu à distance entre le président en exercice et son prédécesseur, Barack Hussein Obama, comme aime à ressasser le milliardaire raciste, ne concernent pas seulement le renouvellement de la Chambre des représentants, du Sénat ainsi que de toutes les instances locales. Elles constituent un vote déterminant en faveur ou au détriment de l'administration Trump et de son tumultueux chef de file. Il faut dire que, depuis deux ans, nombre d'évènements et de décisions controversées ont jalonné le parcours d'un président au profil peu banal et au verbe trop souvent acide. L'aplomb, voire la morgue de Donald Trump, ses décisions tonitruantes contre le nucléaire iranien au mépris des engagements des Etats-Unis, contre les migrants et les minorités, contre les femmes engagées dans un combat mémoriel autour des agressions sexuelles dont elles ont été victimes, contre les adversaires du port d'armes et enfin contre les puissances rivales comme la Russie et surtout la Chine, ont fait de lui un personnage qui ne laisse jamais personne indifférent.
Son nom n'est pas sur les bulletins de vote qui seront glissés dans les urnes, tout au long de la journée, mais son visage hante l'ensemble des bureaux où se déroule le scrutin tant il est au coeur de ce rendez-vous crucial pour le devenir des Etats-Unis. Il a sillonné les Etats les plus difficiles électoralement parlant, raillant ses adversaires démocrates et donnant libre cours à son discours populiste, empreint d'explosions et de menaces racistes de nature à galvaniser ses troupes. A tel point qu'il n'a pas hésité, maintes fois, à se projeter au-devant des candidates et candidats qu'il était censé soutenir et qu'il a harangué l'assistance en disant qu'il s'agit d'abord et surtout de voter pour lui!
Et ce n'est pas faux. Son sort est en effet étroitement lié au résultat que les Etats-Unis guettent avec une grande anxiété, dans la mesure où une victoire des démocrates sera synonyme de la chute du président le plus iconoclaste que la Maison-Blanche aura abrité. Nombreux seront les électeurs qui auront en mémoire les tragédies de ces deux années où les armes à feu auront endeuillé des lycées et des campus, sans compter des zones commerciales, les jeunes étant les plus résolus à combattre le fléau. C'est d'ailleurs cet électorat surdimensionné depuis quelques mois qui risque de porter l'estocade à Trump et à son administration. Au cas contraire, son triomphe ouvrira la voie à une nouvelle opération contre l'Obama-Care, malgré le discours de campagne des Républicains qui promettent une prise en charge des pathologies chroniques. Un «mensonge», dénoncé véhément par Barack H. Obama!