Les candidats et la déclaration du patrimoine

Par

Transparence. Parmi les conditions de candidature à l'élection présidentielle du 18 avril que vient de rappeler, par un communiqué, le Conseil constitutionnel figure «Une déclaration publique sur le patrimoine mobilier et immobilier de l'intéressé à l'intérieur et à l'extérieur du pays». Et pour qu'elle soit publique, cette déclaration «Le candidat est tenu de publier, au préalable, sa déclaration dans deux quotidiens nationaux, dont un en langue nationale officielle et joindre une copie de ces publications» précise le même communiqué. A une semaine du délai de dépôt des candidatures (dimanche 3 mars 2019 à minuit), ces publications devraient intervenir, pour celles qui ne le sont pas déjà, ces jours-ci. C'est-à-dire que les citoyens devraient pouvoir les lire incessamment dans les quotidiens nationaux. Où est le problème? A vrai dire, il ne devrait pas y en avoir. C'est une condition connue de tous les candidats. Sauf qu'il va falloir lire tous les quotidiens du pays, même les plus petits tirages, pour espérer trouver toutes les déclarations du patrimoine des candidats. Ce qui relève d'un travail de titan. D'autant que certains titres ne sont même pas livrés aux kiosques. Et c'est sur ce point d'ailleurs que la volonté de transparence ou non des uns et des autres. Par expérience, cette même condition est exigée lors des créations de sociétés. Rares sont les entreprises qui choisissent les gros tirages. L'alibi le plus utilisé réside dans les tarifs de publicité moins chers des petits journaux. Ce qui n'est pas faux, mais une entreprise qui déclare un capital à 6 chiffres, ne peut pas, valablement, mégoter pour gagner quelques dinars. L'autre réalité est le souci de discrétion tout en remplissant une condition légale. Il n'empêche et dans tous les cas, les candidats qui procéderont cette semaine à la publication de leur patrimoine seront ceux qui déposeront leur dossier avant le 3 mars prochain. Ce qui revient à dire qu'à la fin de cette semaine, on pourra savoir qui est candidat et qui ne l'est pas. Ceci d'une part. D'autre part, il est toujours intéressant de savoir ce que possèdent ceux qui veulent diriger le pays. Pour savoir d'où ils viennent et comment ils ont eu ce qu'ils possèdent. Et, éventuellement, ce qu'ils posséderont à la fin de leurs mandats. Ou au cours de leurs mandats. En attendant et selon les quotidiens choisis par les candidats, une première lecture est possible!