Bouteflika ne veut pas d'un 5ème mandat

Par

Clarté. Le mandat présidentiel prévu par la Constitution a une durée de cinq années. Il est important de le souligner car cela permet de mieux comprendre le message que le candidat Abdelaziz Bouteflika a adressé aux Algériens lors du dépôt de sa candidature. Un message qui comporte six engagements que le candidat «prend solennellement, devant Dieu et devant le peuple algérien». L'un de ces engagements, le sixième, a trait à «l'organisation d'une élection anticipée», s'il est élu. Ce qui veut dire qu'il s'engage à écourter la durée du mandat. Il ajoute: «Je m'engage à ne pas être candidat à cette élection qui assurera ma succession dans des conditions incontestables de sérénité, de liberté et de transparence.» Non seulement ce sera court, mais de plus l'élection qui suivra se fera sans lui. Enfin, il définit la durée de ce mandat écourté, en indiquant que «La date de cette élection présidentielle anticipée sera fixée par la conférence nationale». Pourquoi a-t-il pris cette décision? Pour deux raisons. La première découle du fait qu'il a «écouté et entendu le cri du coeur des manifestants et en particulier des milliers de jeunes». La seconde c'est parce qu'il est «déterminé... à assumer la responsabilité historique de la concrétisation de leur (les manifestants NDLR) exigence fondamentale, c'est-à-dire le changement du système». On a vu (pour ceux qui reposeraient la question), dans notre éditorial du 5 mars dernier, pourquoi ce changement n'a pas eu lieu auparavant. En résumé, Bouteflika demande un petit délai, le temps d'instaurer la 2ème République à laquelle aspire le peuple algérien. On voit bien qu'il ne s'agit pas du tout d'un 5ème mandat. On entend déjà des voix s'élever pour dire que cette transition a été demandée, avant lui, par des partis politiques. Notamment par le biais d'un report de l'élection. La différence entre un report et un «mini mandat»? Dans le premier cas c'est un viol des lois de la République alors que le second cas s'inscrit dans le respect de la loi organique relative au régime électoral. Ce que propose le candidat Abdelaziz Bouteflika c'est la construction d'un nouveau système dans la paix et la stabilité. Pas dans la destruction aux conséquences incalculables. Personne ne peut douter de l'homme qui a tant donné et réussi plusieurs tours de force pour la grandeur de l'Algérie et des Algériens. Il en propose un autre s'il est élu. Toujours pour l'Algérie!