Le bal des hypocrites

Par

Selon des chaînes de télévision privées bien connues pour leur entrisme politique, en ces temps de turbulence, Bouguerra Soltani, ancien chef de file du MSP, était à Paris pour des raisons oecuméniques, en sa qualité de grand adepte du dialogue interreligieux...Donc, tout en fêtant Pâques avec la communauté chrétienne, il a proposé son regard méthodique à la manifestation des Algériens de France, place de la République. Mal lui en a pris puisqu' il fut, aussitôt, houspillé et chassé jusqu'à une bouche de métro par de supposés nervis d'une formation sulfureuse qui rêve de s'agripper à la contestation pour la transformer en révolte sectaire. Des images édifiantes quant à la période actuelle où tous les dérapages sont possibles et tous les aventurismes ouvertement affichés. C'est le cas de ces partis qui ont surgi dans l'humus des «années glorieuses», lorsque Bouteflika représentait, aux yeux de tout un peuple, le gage d'une résurrection exemplaire. Voilà donc le MPA, suivi du TAJ de Amar Ghoul, qui «claquent» la porte de la conférence nationale à laquelle les conviait Abdelkader Bensalah, en sa qualité de chef de l'Etat par intérim, certes malheureux, mais néanmoins courageux, faut-il le rappeler, tant il se trouve de plus en plus seul, face à un ouragan populaire en train de tout emporter. Il n'y a pas si longtemps de cela, le MPA et le TAJ avaient des «positions» autrement plus «cool» vis-à-vis du pouvoir, mais voilà qu'ils cherchent, maintenant, à s'agripper, avec un à propos pathétique, au fourgon d'une opposition «sans peur et sans reproche». No comment, dira-t-on... Il est amusant de remarquer combien, d'est en ouest, le mot d'ordre général est de rallier et de «soutenir» l'institution militaire, quitte, si besoin est, à multiplier les offres de service qu'apparemment personne ne leur a demandé. Tel est l'art de l'entrisme, en politique, et, sur ce plan, c'est à qui se montrera encore plus opportuniste que les autres. Tandis que le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'ANP, poursuit, imperturbable, ses inspections dans les différentes Régions militaires, à coup d'exercices répétés, afin de donner à réfléchir aux ennemis du pays, internes et extérieurs, on entend des porte-voix qui ne tarissaient pas d'éloges sur leur supposé chef hiérarchique, quelques mois auparavant, tomber aujourd'hui dans l'invective et le dénigrement le plus affligeant. Molière avait bien raison de vouer au diable tous les Tartuffe dont le monde, en général, et la politique, en particulier, ici comme partout ailleurs, sont truffés jusqu'à la lie....