FRANCE

690 terroristes en Syrie et en Irak

Un total de 690 terroristes français se trouvent actuellement en Irak et en Syrie, d'après les estimations des services de renseignement français. Parmi eux figurent
295 femmes et 28 mineurs de plus de 15 ans, a précisé la même source. Le procureur de Paris, François Molins, à la tête du parquet antiterroriste, a mis en garde hier contre «toute naïveté» au sujet du retour des femmes et enfants de terroristes français, selon l'AFP. La ministre française des Armées, Florence Parly avait déclaré début octobre dernier à France Inter que «le nombre de jihadistes français présents en Irak et en Syrie dans les rangs de l'organisation Daesh s'élève probablement à 500 environ». Pendant plusieurs mois, les autorités françaises ont avancé un chiffre de 700 adultes français séjournant dans les zones terroristes en Irak et en Syrie, dont un tiers de femmes, ainsi que 6 500 mineurs dont la moitié sont nés sur place. Au total, environ 2 000 Français ou résidents en France sont partis dans ces deux pays, selon l'Elysée. Environ 200 à 300 d'entre eux ont été tués, selon la même source. On estime par ailleurs à 1 300 le nombre de personnes radicalisées dans les prisons françaises. Un nombre auquel il faut ajouter un peu moins de 500 personnes, détenues ou condamnées pour un lien direct avec des activités terroristes ou apologie du terrorisme, a-t-on ajouté. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé hier que «les jihadistes français prisonniers en Irak seront jugés en Irak», ajoutant que le cas des enfants serait traité «au cas par cas». «S'il y a des prisonniers en Irak, les choses sont simples: c'est aux autorités judiciaires irakiennes de traiter la situation des hommes et des femmes combattantes», a déclaré le ministre sur la radio Europe 1. «Ils savaient très bien ce
pourquoi ils se rendaient sur place, c'est-à-dire pour combattre avec Daesh» (EI). «Donc ce sont des ennemis, ils ont combattu la France. Ils ont contribué à faire en sorte qu'il y ait des attentats dans ce pays», a-t-il ajouté.