POUR «MAINTENIR L'EFFORT SÉCURITAIRE»

Philippe, Le Drian et Parly au Mali du 22 au 25 février

Le Premier ministre français, Edouard Philippe, se rendra au Mali, ont annoncé hier ses services, soulignant la volonté de la France de maintenir son «effort sécuritaire» et son «engagement économique» en faveur de ce pays, au coeur de la lutte contre les groupes jihadistes. Accompagné des ministres des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, des Armées, Florence Parly, et du secrétaire d'état auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nunez, il rencontrera son homologue malien, Soumeylou Boubèye Maïga, ainsi que le président Ibrahim Boubacar Keita, selon un communiqué. Edouard Philippe doit «notamment évoquer le soutien de la France à la stabilité du Mali» et le «renforcement» du partenariat économique avec ce pays. «Ce soutien passe par le maintien de notre effort sécuritaire et par un engagement économique au travers d'investissements d'entreprises françaises dans les secteurs de l'énergie, de l'agriculture, des infrastructures mais aussi par la contribution des entrepreneurs de la diaspora malienne en France venus lancer des projets au Mali», soulignent ses services. Edouard Philipppe doit également rencontrer les forces françaises engagées dans le cadre de l'opération Barkhane, plus importante opération extérieure française, qui lutte depuis 2014 contre les jihadistes au Sahel (Mali, Burkina, Niger, Tchad, Mauritanie). Le Mali abrite le quartier-général du G5 Sahel, une force constituée par cinq états du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad). Elle est en train de reprendre ses activités après avoir connu un coup d'arrêt avec l'attaque du QG le 29 juin à Sévaré, dans le centre du Mali.