Le Nicaragua paralysé par une grève

Par

Deux personnes ont été tuées et des dizaines blessées vendredi dans des violences à Masaya, la ville la plus rebelle de Nicaragua, tandis que le président Daniel Ortega lançait un appel public à la paix dans son pays en proie à des violences depuis trois mois. "Il y a deux morts maintenant, un policier et un manifestant", a déclaré Alvaro Leiva, un responsable de l'Association nicaraguayenne des droits de l'homme (ANPDH). Les deux ont été tués dans un quartier du sud de Masaya, à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale, lorsque des partisans pro-Ortega ont "tiré avec des armes de gros calibre", a-t-il dit.