Le groupe de Lima rejette une "intervention militaire" au Venezuela

Par

Plusieurs pays du groupe de Lima ont rejeté samedi toute "intervention militaire" ou "usage de la force au Venezuela", au lendemain des déclarations du secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, qui n'a pas exclu cette option. Onze des 14 pays qui composent ce groupe "ont exprimé leur préoccupation et leur rejet de toute démarche impliquant une intervention militaire ou l'exercice de la violence, de la menace ou l'usage de la force au Venezuela", selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères brésilien. Ces onze pays sont l'Argentine, le Brésil, le Chili, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou et Sainte-Lucie.