APRÈS LES INCIDENTS DU MATCH JSK - MCA

La Ligue étudie des sanctions

Par

Dans une déclarations à l'AFP, le président du directoire de l'instance fédérale, Ammar Bahloul, a indiqué que «la commission de discipline va se réunir (...) pour examiner les incidents du match JSK-MCA. Nous attendons les rapports du commissaire du match et des services de sécurité pour déterminer les responsabilités».
Pour sa part, le directeur général du CHU de Constantine, Djamel Benyessaad, cité par l'APS, a affirmé que 104 personnes y ont été admises pour des «blessures légères», alors que deux autres supporters du MCA sont toujours «sous surveillance médicale».
Le commissaire divisionnaire chargé du service de la sécurité publique à la sûreté de wilaya, Mourad Bouders, a fait savoir, dans un point de presse, que 32 policiers ont été blessés à l'issue du match, précisant que «les éléments de la police chargés d'assurer une ceinture de sécurité entre les supporters des deux clubs ont été victimes de jet de pierres et divers autres projectiles et ont fait preuve de beaucoup de professionnalisme et de sagesse pour contenir la tension entre les clans».
Revenant, pour sa part, sur les dégâts matériels enregistrés au complexe Chahid Hamlaoui de Constantine, le directeur de cette infrastructure sportive, Boubakeur Zertal, a indiqué: «près de 2000 supporters du MCA ont envahi le stade dans la matinée de cette rencontre et saccagé sept des portes du complexe et ont même abîmé des tuyauteries et des conduites d'eau avant que la situation ne soit maîtrisée. Ils ont endommagé, durant le match, des gradins et jeté les débris sur la pelouse du stade». Il a souligné, en outre, qu'«après le match, les mêmes supporters ont vandalisé le siège du MO Constantine et incendié le bus du club.
Par ailleurs, huit personnes parmi 79 autres arrêtées à l'issue de cette rencontre ont comparu dimanche après-midi devant le juge d'instruction près le tribunal de Ziadia. Les mis en cause, majoritairement des supporters du MC Alger, comparaissent pour «actes de violence, port d'armes blanche et détention de kif traité et psychotropes».